Profile Interview – Kasha Vande

No longer restricted to traditional care-taking roles in museums, many curators increasingly see their role as cultural producer with evolving relationships to the cities and people around them. How does the increasing importance of the everyday, of the street, and of shifting political geographies of art practice mark curation today?

Kasha Vande, a Franco-American self-styled concept designer, project co-ordinator and social entrepreneur is one representation of the changing role of curator. Although she shuns the limelight, preferring to work behind the scenes, Kasha’s reputation goes before her. Her vision, courage and commitment to bringing art to the public resulted in her being selected as the KHOJ, British Council and Goethe Institute Max Müller Bhavan ARTThink South Asia Fellow in 2015-2016 in recognition of her work as a cultural manager in Pondicherry, India.

During her 16 years in South India, Kasha has organised over 60 events using different platforms, culminating in PondyPHOTO, a series of ground breaking photography festivals in Pondicherry, led by the PondyART Foundation, a government registered trust dedicated to presenting art in public space, The scale and number of artists involved and the iconic locations (an abandoned arak distillery and the city’s original port complex ) did more than shake up the local community. They introduced international standard photography and other art forms to the public in a unique and inclusive format previously unrepresented in the region. Conservative estimates indicate over 2 million attended events she co-ordinated!

Portrait Dravida

This summer, Kasha linked up with Zoe Headley, Director of the S.T.A.R.S Archive based in Pondicherry to organise PondyART’s first foray into the international art scene with the luminous “Portrait Dravida, 100 years of Tamil Studio Photography” exhibition at the Maison des Sciences de l’Homme in Paris. Drawing the public into a space previously only frequented by researchers and students has expanded the identity of the building while sharing the photographic history of South India with the French public. Kasha and Zoe are now exploring more international opportunities with S.T.A.R.S., Studies in Tamil Photography and Society and the “Portrait Dravida”. https://stars.hypotheses.org/a-propos.

I was lucky enough to catch up with Kasha earlier this summer for the following interview.

Question: Congratulations on this stunning and rich collection of late 19th and 20th century studio photography! When and how did you become involved in the STARS collective?

Kasha: I approached Zoe Headley, Director of STARS in 2015 to see if she was interested in presenting something from the archive for the first edition of the Pondicherry Heritage Festival. We decided to present a public exhibition and working together designed an interactive show of various portraits included in the archive at the Institut Français de Pondichery (IFP, CNRS MAAE) in February of that year. « Portrait Dravida » is our second exhibition of a selection from the archive of over 25,000 photographs. The success of both the exhibitions went beyond our expectations and we are already working on new exhibitions for other cities across India and internationally as well as sourcing funds for developing a cross cultural workshop/artist intervention program.

Photo:Zoe Headley with Ramesh Kumar (IFP)

Question: How did Tamil commercial studio photography really take off?

Kasha: I am speaking for Zoe here, as this is her research project, but in summary, photography arrived in India in the 1840s with the first photographic society in South India being created in Madras in 1856. During the early decades of Indian photography, it was accessible almost exclusively to the colonial administration and Indian elite. However by the 1880s, commercial photography studios had found their way into the bazaars and family portraits started to appear inside Tamil households. Previously no local forms of popular portraiture existed aside from representations of the gods. S.T.A.R.S is especially interesting as it is an archive looking at the masses, not royalty…..and is drawing attention because of this. But it is also important for its value as a resource on the movement and growth of photography as a media form in a predominantly rural area of India. Film

Question: Who are your partners and sponsors?

Kasha: The creation of the digital archive is funded by Endangered Archives Programme (British Library-Arcadia) and currently based out of the French Institute of Pondicherry (IFP). The IFP also houses a physical archive of over 5 000 original prints….

Question: What were some of the key challenges and satisfactions in creating and organising break-through photographic events in South India? I am referring to such events as ADIVASI exhibition at the Old Distillery  and the Water festival at the Old Port, both in Pondicherry?

Kasha: There were many challenges to PondyART’s efforts to present in public space; The first always being finding a site. We were lucky initially to gain access to residential compound walls on prominent thoroughfares thanks to the generosity of a number of home and business owners. Later it was the Government of Puducherry that offered us spaces like the 3 acre distillery site and 5 acre port complex. Another challenge was the same faced by almost anyone working in the field of arts and culture : funding. That was a particular challenge in a small city like Pondicherry where there is a limited number of businesses and industries with funding to spare for the arts

Photo:Copyright ArUn

Despite those challenges and others, the effort to meet them was absolutely worth it when team members and I saw the reactions of the public. The visual impact of the festivals especially, seemed to break down social barriers and drew people from all walks of life, young and old, locals and tourists to enjoy and learn together. Parents often came to thank us for giving their children access to this kind of experience. Community photography clubs and photo enthusiasts came en masse to experience their first-ever exhibitions.

Photo: Copyright PondyPhoto_2014

Gypsies attended the first festival, proud to be the subjects of the images on walls. Rickshaw wallahs brought their young charges on the way home from school to make sure it wasn’t missed. Residents of nearby slums acted as guardians of festival and exhibition sites of their own volition. For me the innumerable hours of work involved in co-ordinating the events and festivals, were totally worth it from the evening back in 2013 when I watched a young boy dash away from his family promenading on the Beach Road, to stand legs spread and hands behind his back in front of one of our exhibitions and study it carefully, moving slowly from photo to photo down the 60 meter wall. If that child saw the image as art or learned about the issue covered by the photographer, I don’t know. But he noticed that he had access to something and consciously took advantage of it. He surely ran back to his family with something new to think about and hopefully share. I felt lucky to be part of creating that kind of opportunity for the public and it is my greatest reward to see it enjoyed.

Beach Road Pondicherry Photo: Copyright PondyART 2015 – STARS

Question: I sense you are reluctant to call yourself a curator. Why is that?

Kasha: Although I guess at this point I am curating, but I would rather find another word for what I do. I believe that a curator usually has an art background where I do not even if I suppose my architecture degree does count on some level. Curators train in galleries and museums neither of which I did. I don’t want people thinking I feel I deserve a claim to the title. I am definitely still in TRAINING!

Question: In fact you are ‘a-typical’ in the field and a great example of breaking down old barriers and redefining roles! In 1994 you left the USA to work in Hong Kong and Paris as an architectural project manager although later in Abu Dhabi the architectural side became more event venue oriented in scale. How did this original interest in architecture lead to your becoming the “photography curator” and “event organiser” you are now? Who were your mentors and where did you find inspiration?

Kasha: Arts and culture were of high priority to my parents – my father was an architect and amateur photographer, my mother originally an English teacher who became a leader in developing gifted and talented programming in our region of New York state. I grew up renovating old buildings with my father, studying classical violin at the Eastman School of music and reading everything I could get my hands on. Given that access to international travel was limited, my parents hosted exchange students almost every year to ensure my sister and I learned about other cultures. I think these experiences have had enormous influence on my choices since I left home for New Orleans at 17, in terms of both my international and work experiences. I too chose to study architecture following my father’s footsteps and Jane Jacobs and her work with neighbourhood revitalisation was of great interest to me when I was at Tulane. My favorite project while I was in school was a neighbourhood study in New Orleans and my design development of an unused fire station into an arts and culture space in Fauborg Marigny. The project was directed by Prof Eugene Cizek. Pondicherry and New Orleans have great similarities and my work in Pondy was certainly influenced by that early period of my life. The photography focus grew organically within the PondyART initiative to promote arts and culture I started in late 2012. As part of the initial concept of creating a monthly cross city cultural event, a documentary photographer I was working with suggested hanging work on a public wall and then it just went on from there; basically in response to the public interest and the joy I got out of making something happen for both artist and public. Some months into our first exhibitions someone mentioned JR, the renowned photographer who does large scale socially oriented projects internationally, and I continue to follow his work. As the project grew, Ravi Agarwal and Pondicherry based artists Ray and Deborah Meeker of Golden Bridge have been especially important to me as mentors. I also have been lucky to have invaluable support and involvement from photographer, Pablo Bartholomew and artist and author, Waswo X Waswo. Without photographers, Yannick Cormier and Arun and printer S. Muthukrishnan on the team, our exhibitions and festivals would never have been of such great design and quality. However, it is difficult to mention just a few names.

Photo: Copyright PondyPhoto_2014

So many people have gotten involved and been supportive and also been generous with their knowledge and experience. They each contributed something special to PondyART’s development as well as my own.

Question: There has been talk of a new international project, EXPOSURE. You mentioned two new photography festival themes, Woman & Home, which you are ready to take to international venues. What are the core elements you bring to these projects? What size events are you looking at?

Kasha: Yes, I am now exploring the possibility of producing exhibitions and the festival concept outside India. I think the concept lends itself to adaption anywhere and find I am always looking out for interesting under-utilized spaces as I travel. The festival programs (ADIVASI, WATER, WOMAN and HOME) are relevant universally and can be easily adapted to be site specific and the content adjusted according to national interests. In terms of size, that really depends on the project as we have the capability to build single exhibitions, or to take it all the way up to a festival platform which could include alongside exhibitions; Photography Education, Community Outreach, Multi Media (Film/Installation), Youth Programming, Public Performance and Symposia elements. I am hoping to work with a hosting partner(s) on the long term – creating a series of events, exhibitions or festival editions. I feel that the programming possibilities are endless and I am very excited about the possibility of designing a concept that fits with the interests of a new host community and reinventing a space within that community to create a unique public arts and culture experience. The only element I feel is absolutely essential is that the project be presented in existing or newly converted public space, it integrates into the public education and event calendar and it be fully open and accessible to all.

Photo: Copyright Soumya Sumitra Behera

I admit I do think big. However, if you don’t try you never know what you might achieve. I have learned a great deal since I started PondyART and I am proud of what we accomplished for arts and culture in Pondicherry over five years. I think that experience will prove invaluable as I consider opportunities outside India and I look certainly forward to the next stage of the learning curve.

Contact: kasha.vande@gmail.com

Publicités

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOutre son quai unique, ses décorations en céramique (dix-huit grands panneaux, réalisés en Belgique, avec 6 576 carreaux en céramique, décorés et émaillés, représentent les principaux sites et monuments de la province de Liège) réalisées par les artistes liégeois Marie-Claire Van Vuchelen et Daniel Hicter sur une scénographie de Patrick Corillon, la station Liège présente une autre particularité. Un petit local, ancien bureau du chef de station, abrite un grand nombre de feuilles de croquis posées sur des lutrins, comme des partitions de musique. Et sur une ardoise, un texte qui m’intrigue :

« Dès le premier jour de sa prise de fonction en tant que chef de cette station, l’agent L. se rendit compte que le simple fait de prononcer le nom « Liège » provoquait en lui des paysages mentaux. A chaque fois qu’il devait le prononcer, il cherchait une façon différente de le faire pour voir naître en lui de nouveaux paysages dans lesquels il pouvait se plonger durant sa journée de travail. Ss variations sur le thème de « Liège » ne passèrent pas inaperçues car, poussés par le simple plaisir de les entendre, des usagers faisaient semblant d’être perdus et venaient lui demander dans quelle station ils se trouvaient. A la fermeture de ce local, les graffitis laissés par le chef de station sur le pan de mur caché par son bureau furent acquis par le chœur de l’Ensemble de Musique Vocale Contemporaine de la RATP qui décida de les inscrire à son répertoire. »

L’art dans les transports parisiens

De quoi faire vagabonder mon esprit loin des tracas de la fameuse et redoutée Ligne 13. Me revient en mémoire un exercice récent que m’a fait faire Ariane, ma prof de chant, sur les phrase répétées d’un aria de Scarlatti. Comment dire chaque différemment « …del alba que piange », en s’imaginant que si Scarlatti l’a mis trois fois, c’est dans l’intention précise que la chanteuse doit la restituer avec une nuance différente à chaque fois. Pas si facile de faire de l’autre à partir du même.

C’est peut-être aussi le défi de la RATP,  ART-P, se faire espace d’art pour casser les routines et pour renouveler l’expérience usager. Et pourquoi pas?

A lire : « L’art dans les transports parisiens », 3e volume de la collection des Lignes d’histoire, pour voyager dans le temps.

Loin d’être anodine malgré son apparente naïveté, cette interrogation « Et pourquoi pas? » ouvre tout un champ des possibles. Ca tombe bien, je l’ai choisie pour le titre de mon émission sur Remix Radio, émission où je questionne les leaders sur leurs pratiques de leadership avec un regard décalé et par le prisme de l’art.

« Et pourquoi pas ? » Quand utilise-t-on cette expression ? Elle suit généralement l’énoncé d’une proposition improbable/incongrue, qui appelle une négation ou une fin de non recevoir. Ce « Et pourquoi pas ? » invite au contraire à une disruption, à l’accueil d’un nouveau champ des possibles. En cela, c’est un formidable levier d’innovation. Face à l’improbable, qui semble un obstacle infranchissable, cette interrogation émet un signal faible, une timide proposition de voir les choses autrement.

Stéphanie Gicquel, est ma première invitée « Et pourquoi pas? » sur Radio Remix.  Avocate passée par HEC, spécialiste en M&A et private equity, elle a réalisé avec son mari l’expédition « Across Antartica » en 2015. Elle parle de l’importance de réaliser ses rêves, racontant son coup de foudre pour le continent Antarctique et l’envie de le traverser alors qu’elle en longeait les côtes, saisie par cette vue magnifique. Toutes les personnes qu’elle interrogeait lui parlaient exclusivement de la partie côtière, comme une évidence, comme s’il n’y avait aucune possibilité de traverser l’intérieur des terres. Et pourquoi pas aller à l’intérieur a été son premier questionnement disruptif, point de départ d’une expédition de 74 jours (sans nuits), 2000 km par -50°. Un exploit surhumain qui a marqué son entrée dans l’univers des aventuriers. Stéphanie a posé son deuxième questionnement disruptif en choisissant de construire son expédition sur deux piliers, sportif et esthétique. Au-delà de la performance, « Et pourquoi pas » créer une trace esthétique par la résonance des images (film, photos), et des mots (récit poétique de sa belle aventure) ?

Pour rappel, « Et pourquoi pas ? » fut hier par la plume du poète surréaliste Robert Desnos le questionnement de l’insoumission citoyenne en pleine période d’occupation allemande. Il est aujourd’hui celui de l’audace et de l’aventure, sous toutes ses formes. Intemporel, face à l’impossible, il nous rappelle que les limites du passé connu ne sont pas gages de limites dans le futur. L’avenir reste à construire, à inventer. Et ça commence maintenant !

Et vous, qu’avez-vous fait de différent ces 10 derniers jours, que vous n’aviez jamais fait, et où vous vous êtes dit « Et pourquoi pas ? »

 

Pour suivre l’ITV intégrale de Stéphanie, c’est https://w.soundcloud.com/player/?url=https%3A//api.soundcloud.com/playlists/319509617&color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false« >ICI

Pour être tout à fait complet, il faudrait rapprocher le temps de créativité, supposé totalement libre,  avec le temps de la production, plus contraint.

Notre époque n’en est pas à un paradoxe près, quand elle amplifie la pression à l’innovation, tout en l’inscrivant dans un temps (hyper) court.Comment qualifier le temps passé à flâner pendant la phase créative ? Est-ce du temps perdu ou du temps productif ? Comment le valoriser, le réintégrer à la création de valeur ? Quelques images valent mieux qu’un long texte et plusieurs créatifs nous livrent leurs astuces.

Cédric Villani, mathématicien – il a reçu en 2010 la Médaille Fields, la plus prestigieuse des récompenses du monde mathématique – nous livre ses sept clés :

 

Pour Glenn Keane, illustrateur chez Disney, il faut savoir retrouver son âme et sa liberté d’enfant :

 

David Lynch, réalisateur : il y a des milliards d’idées dans l’air, on ne les produit pas, on les saisit, et ce d’autant plus facilement qu’on est dans la joie :

 

Pour Steeve Job, la créativité c’est savoir faire des connexions entre les expériences vécues pour en tirer des idées nouvelles :

 

Pour cette agence de pub, il faut laisser le temps au temps :

Et vous, comment faites-vous pour booster votre créativité?

dessin inuitC’est la question qui me traverse ce matin dans les transports dits en communs, mais où je me sens bien solitaire, surtout en pensant à mon avenir dans un monde d’objets connectés. Ma voisine la plus proche vissée à ses oreillettes, laisse échapper un grésillement, pour elle de musique, pour moi d’inconfort. On joue à ne pas se toucher les mains sur la barre qui n’est pas faite pour la pole dance même lorsque les à coups de la rame nous balancent les uns contre les autres. Les regards évitent de se croiser, ou si furtivement qu’on baisse rapidement les yeux pour préserver une intimité mise à mal par la proximité. Mon voisin, une tête de plus que moi, respire l’air des cimes tandis que j’inhale malgré moi à chaque inspiration, les fragrances  « sephora » ou plus natures de notre espace confiné.

Oser ? Désirer ? Frémir ?

Quand ai-je été simplement là à ne rien faire, sans consulter mes messages ni répondre à un interlocuteur éloigné ni enfermer mon imaginaire dans une lecture de passage ? A attendre simplement de voir surgir cet instant poétique qui me mettra en reliance avec le moment présent. Il prendra peut-être l’apparence d’une femme difforme qui crie sa peine et son besoin face à des « usagés » indifférents. Elle non plus n’est connectée à personne, reliée à rien qui nous concerne. Mais après tout, est-elle plus indécente que les promesses rarement tenues des marques qui nous enfument à longueur de réclames (Mon teint est parfait, je ne peux m’en passer … m’assure Erborian) ? Ou celle de musiciens de jazz manouche jouant juste les quelques mesures d’un standard connu pour éveiller nos attentions endormies dans l’espoir de récolter quelque pièces entre deux arrêts. Rien de tout cela ne s’est produit ce matin, je sors du métro et en poussant la porte de l’espace de coworking où j’ai mes bureaux, la réponse est là. Les liens de la vraie vie, un bonjour sans oreillettes, de vrais gens. Plutôt que les objets connectés, je préfère les rôles de connecteurs en entreprise. Ces fonctions invisibles de ceux qui se font accompagnateurs de nos initiatives, à l’écoute de nos signaux faibles. Dans la convivialité. Dans la bienveillance. Des qualités qui relèvent du comportemental et dont l’entreprise pourrait tirer un énorme bénéfice. Qui se souvient encore que bénéfice, étymologiquement, signifie faire le bien?

Deux journées pour parler de l’Audace ! Il fallait oser… Cela se passait dans les magnifiques amphis de La Sorbonne.

J’ai découvert un peu tardivement cette 19ème édition de la Cité de la Réussite. Belles rencontres annuelles de penseurs de tous horizons, philosophes, économistes, écrivains, chefs d’entreprises (…), invités à partager leurs points de vue. Une quarantaine de débats pour nous rendre plus ouverts, plus intelligents ou plus agiles. Les initiés avaient pu s’inscrire et choisir en amont l’un des quarante débats. Les autres, j’en fait partie, ont dû se contenter des tables rondes qui n’affichaient pas « Complet ». Je ne regrette vraiment pas le choix que m’a réservé le sort.

C’est quoi réussir?

George PLASSAT, DG Carrefour, dans un vibrant éloge de l’audace, célèbre les entrepreneurs, ces grands audacieux des temps modernes. La réussite, rappelle-t-il, signifie littéralement sortir à nouveau et invite à voir la vie comme une succession de tunnels dans lesquels on entre pour mieux en ressortir. La vie comme un éternel recommencement, en quelque sorte. Le LITTRE précise que réussir vient de l’italien riuscire, de ri ou re, et uscire, sortir, qui correspond au vieux français issir, dérivant comme lui du latin exire (voy. ISSUE), sortir de (ce qui est le sens propre).

Loin de la vision ascensionnelle tant mise en avant par nos « role models, » qui feraient bien de se souvenir qu’à trop vouloir grimper haut dans l’arbre, on finit par montrer son c..l (proverbe africain). Lol.

Complexité sans complication

J’ai bien aimé l’audace de la simplicité, prônée par Yves MORIEUX, directeur associé au Boston Consulting Group (BCG) et Jean-Claude SEYS, président de l’institut Diderot, qui distinguent la complexité et la complication. En situation de complexité, quand il est impossible de connaître toutes les conséquences de ses actes, il faut de l’audace.

Une récente étude du BCG a établi des indices de mesure pour comparer les niveaux de complexité et de complication entre la France, les USA, l’Allemagne et la Grande Bretagne. Les niveaux de complexité de ces quatre pays sont comparables, mais la France se distingue par sa complication. Complexité des enjeux de plus en plus nombreux et contradictoires : innovation mais efficience (i.e s’appuyer sur l’effet d’expérience), vision globale mais action locale, fiabilité mais rapidité etc. Complication par le nombre croissant de signatures pour prendre des décisions, de niveaux hiérarchiques dans les entreprises. Et Yves Morieux de donner l’exemple d’une banque qui constatant le manque de communication entre front office et back office, a créé un middle office. Moyennant quoi elle a dû gérer à la fois les relations difficiles entre front et middle office, mais aussi celles entre middle et back office, soit deux fois plus de problèmes. La simplification, dans le cas d’espèce, n’est pas de créer une interface, mais de créer le face à face. L’audace serait de renforcer le front office.

Ne pas chercher à résoudre la complexité par la complication, mais par la simplicité. Sans pour autant verser dans l’extrémisme ni le dogmatisme, fausses promesses de simplification qui mettent en avant un sur-critère dominant tous les autres.

Pour rendre l’ « entreprise apprenante de simplicité », et plus apte à faire face à la complexité, il faut plus d’autonomie et plus de coopération. Et donner un pouvoir réel aux leaders et aux managers, car quand on n’a pas le pouvoir, on crée le contrôle. La centralisation (très ancrée dans la culture française) est facteur de complexité. Pour rester simple, il faut accepter un certain niveau de désordre. Les organisations décentralisées délèguent plus.

L’ « entreprise augmentée », c’est plus coopération (faire des choix, des compromis) ; c’est accepter de dégrader sa performance mesurable pour augmenter celle des autres.

En recréant la simplicité en entreprise, on améliore à la fois la performance et le bien-être des salariés. Double bénéfice.

La Cité de la Réussite a rempli ses promesses : de riches débats mettant en œuvre l’intelligence collective pour nous aider à regarder autrement la complexité du monde.

« Jazz et Leadership » – Du concept à l’action

par Elisa Domenighini

Image 

Crédit photo : Shelley Boyd

Beaucoup de consultants en ressources humaines, et moi la première, ont eu l’occasion d’utiliser la métaphore du  jazz-band (ou de l’équipe de rugby, au choix) pour illustrer comment fonctionner harmonieusement et efficacement en équipe.

L’originalité l’événement organisé par Evelyne Kuoh réside dans le fait que l’on passe de la métaphore au constat. Un trio talentueux, composé par Ronnie Lynn Patterson au piano, José Fallot à la basse et Jeff Boudreaux à la batterie, non seulement nous entretient TRÈS agréablement en jouant plusieurs morceaux mythiques de jazz (So What, Freddie the Freeloader, Tutu… ), mais ils prennent la parole pour nous expliquer, appliqué à la musique, la caractéristique principale du leader : s’assurer d’avoir des  » followers », nombreux bien sûr, mais également de qualité, c’est à dire d’une loyautéà toute épreuve, et, en même temps, capables de faire preuve d’initiative et d’autonomie.

Ainsi Jeff Boudreaux partage avec nous comment il est certain que tous les autres musiciens suivent la structure et le tempo qu’il est en charge de donner : il les écoute avec attention, anticipe leurs besoins, garde le cadre et le cap et laisse de la place à l’initiative individuelle.

Entre un morceau et l’autre, Evelyne Kuoh nous transmet les points clés du livre « Jazz & Leadership – Osez l’improvisation! » de Frank Barrett, place avec habilité le contexte, introduit les artistes, anime les échanges avec le public. Une soirée très réussie, qui s’est longtemps prolongée grâce au plaisir de pouvoir continuer les discussions avec les musiciens et les organisateurs autour d’un verre, dans le très agréable espace de la galerie….

 

Virginia Soukup : Le 13 mai à 19h, vous organisez à l’espace Christiane Peugeot votre première « Innovative Jam Session. » Qu’est-ce que vous souhaitez insuffler à vos participants ?

Evelyne Kuoh : Le Leadership doit rester créatif. C’est l’art de donner une vision, de faire adhérer à cette vision. L’environnement des entreprises est évolutif et d’une complexité croissante. Les modèles de leadership, les modes de décision ont changé – moins de prévisibilité et plus d’instantanéité. Les leaders de demain ont besoin d’intégrer cette nouvelle dimension.

VS : Vous venez de traduire en français le livre de Frank J. Barrett . Quelles leçons de Leadership y sont développées ? Est-ce que le talent est quelque chose qui s’improvise ?

EK : Dans ce livre publié à l’origine en anglais par Harvard Business Press Review, Frank Barrett (1) nous invite à tirer les leçons surprenantes de leadership que nous enseignent Duke Ellington ou Miles Davis : se rendre réceptif à la complexité et aux changements de son environnement, quitte à déconstruire son organisation sans plans scénarisés ni filets de sécurité.

À l’instar des joueurs de jazz talentueux, les leaders doivent maîtriser l’art de désapprendre, interpréter et expérimenter simultanément des solutions inédites, ce qu’ont par exemple fait Steve Jobs, ou encore Eiji Toyoda, ex PDG de Toyota. En bref, ils doivent développer une stratégie d’improvisation.

Image

VS : Vous dirigez Executive Art. Quel est le lien avec  votre entreprise ?

EK : Executive Art est une entreprise qui crée des synergies entre art et entreprise dans le but de stimuler la créativité, l’innovation et développement humain en entreprise. L’idée est de créer des fertilisations croisées entre les compétences des deux univers, celui de l’entreprise et les formes d’expression artistiques les plus variées.

La musique m’a toujours accompagnée dans mes différents apprentissages. La musique d’improvisation, en particulier, est une voie d’expression qui me convient parfaitement – l’idée de cocréer tout en gardant son autonomie. Je suis dans une espace de coworking (Remix coworking) et pour moi ça fait emerger des complementarités entres différentes personnes et activités.

Je suis indépendante mais pas solitaire. La métaphore de l’orchestre de jazz me semble être tout à fait à même de traduire le cadre qui reste souple, la cohésion qui n’écrase pas les individualités et le tout dans une recherche d’harmonie.

A Executive Art – nous proposons aux dirigeants d’entreprise un détour par l’art pour explorer des problèmatiques de leadership, de créativité et d’innovation par des mises en situation et des expérimentations artistiques.

Interview réalisée par Virginia Soukup 

(1) Frank Barrett est un auteur américain, professeur en management et sciences politiques publiques à l’université, et joueur de jazz émérite. Il a d’ailleurs fait partie du Tommy Dorsey Orchestra. Ce sont ses connaissances très pointues dans le domaine du jazz et du management qui lui ont inspiré l’écriture de cet ouvrage.

 

 

Image

Photo : Marie-Paule Nègre : « Count Basie »

L’entreprise recherche-t-elle des compétences ou des talents ? Que peut l’entreprise pour cette composante essentielle de son capital humain ? La réponse est à trouver dans chaque être humain. Naît-on talentueux ou le devient-on ? Sommes-nous tous également dotés de talents ? Comment développer durablement ses talents ? Faut-il du talent pour réussir ? Le talent est-il une compétence que l’on peut développer ?

Oser le Talent! « Le talent l’emporte sur tout », « ne jamais se contenter du talent, mais continuer à travailler humblement pour l’emmener plus loin » « il y a toujours une place pour ceux qui créent un « plus » de valeur » dit Mercedes Erra, fondatrice de BETC, présidente exécutive de Havas Worldwide et figure emblématique de l’univers de la communication (1).

Arrêtons-nous un instant sur ces mots et ce qui se cache derrière. Si la racine latine du mot compétence est competere, qui a donné les mots compétiteur, compétition, compétitif, centrés sur l’idée de rivalité, sa signification est le « pouvoir d’agir » en raison non seulement de connaissances mais aussi d’une expérience des situations dans lesquelles il convient d’utiliser telle ou telle compétence. Du coup, sans surprise, la gestion des compétences par les entreprises se concentre sur la clarification des attentes en fonction des rôles à tenir. Elle se caractérise par la réduction d’un écart par rapport à un objectif à atteindre et fixé d’avance, en obtenant les meilleurs résultats possibles. Le talent, concept plus large que la compétence, est une notion plus difficile à cerner et donc à mesurer. Du coup, on les gère différemment. D’un côté (la compétence) on cherche à combler des manques ; de l’autre (le talent) on cherche à valoriser des points forts. Si l’entreprise fait du talent la principale composante du capital humain, cela n’est qu’un juste retour des choses, eu égard à l’étymologie du mot, de talentum, qui désignait à la fois un poids et une somme d’argent dans la Grèce antique. Encore faudrait-il qu’elle puisse le développer, une fois détecté, et le faire fructifier à son profit ☺. Pas si simple. Les départements de ressources humaines en charge du sourcing des talents, sont les premiers à reconnaître la difficulté qu’ils ont à les retenir, tant la concurrence est rude. L’argument financier ne suffit pas. Il faut plus pour convaincre un talent de rester. Les chasseurs de talents, autrement nommés chasseurs de têtes, sont les alliés de l’entreprise. Force est de constater que l’enjeu aujourd’hui pour l’entreprise n’est plus tant de détecter les talents, que de les emmener plus loin. Mais quels leviers, quels arguments et quels critères pour aider l’entreprise à les faire fructifier ? Pour Régis Ribette (2), Professeur honoraire du Conservatoire National des Arts et Métiers, « complexité, reliance, innovation, humanisme sont probablement les maîtres mots du management de l’entreprise du (prochain) siècle. C’est à chaque DRH de construire son propre chemin de pensée et d’action » ….. en se reliant aux autres DRH et en s’inspirant de tous les domaines de la pensée humaine, y compris auprès des artistes.

Image

Photo : William Claxton : « Lorraine Glover »

Le paradoxe de l’impro. L’art, domaine d’expression du talent par excellence, est un levier (de la performance) encore peu utilisé en entreprise. Parmi tant d’autres exemples, quels talents de leadership peuvent nous transmettre Miles Davis ou Duke Ellington ? Frank Barrett, pianiste de jazz et professeur de management dans des universités américaines, propose un rapprochement audacieux entre le modèle d’improvisation collective des musiciens de jazz et la manière dont les individus et les équipes peuvent coopérer, être productifs et créer des innovations étonnantes au sein de leur entreprise. Il souligne sept principes pour asseoir une stratégie d’improvisation et d’innovation. Le premier principe, l’art de désapprendre, est un appel à bousculer les routines. Dirigeants d’entreprises et solistes de jazz font face au même paradoxe : une trop grande confiance dans les schémas appris (pensée familière ou automatique) a tendance à limiter la prise de risque nécessaire au développement du génie créatif, de la même manière que trop de règles et de contrôle freinent l’interaction des idées. Pour trouver le « bon rythme » et rétablir la dynamique du changement, ils doivent quelque peu lâcher prise et s’abandonner au mouvement. Dans un entretien datant de 2007, le regretté Steve Jobs parlait du risque induit par l’innovation en des termes qui auraient fait résonance pour des musiciens de jazz. Évoquant son défi du moment chez Apple, il disait : « Il y a beaucoup de choses qui sont risquées en ce moment. Si l’on pouvait voir de l’autre côté et dire « oui, ça va être énorme » – mais il y a une période à risque, personne ne l’a encore jamais fait. » On sait maintenant qu’il faisait référence au développement de l’iPad, mais à ce moment-là il n’y avait aucune garantie que ce serait un succès. C’est toute la différence entre Oscar Peterson et Sonny Rollins, deux virtuoses du jazz : le premier s’appuyait sur des solos mémorisés plutôt que de prendre le risque d’échouer ; le second se lance le défi d’explorer sans cesse les limites extrêmes de ses zones de confort pour étendre son apprentissage à des zones nouvelles et différentes. Le résultat se ressent dans leur musique. En entreprise comme dans le jazz, le but de l’improvisation est de devenir conscient et créatif, d’inventer sur place des idées pour répondre à ce qui se produit dans l’instant. Mais la voie pour s’adapter de façon consciente passe par la maîtrise de la pratique (la compétence) qui s’acquiert souvent par la copie et l’imitation car, comme l’apprennent les musiciens de jazz : il y a des moments où le seul choix est de retomber dans les schémas que l’on a appris bêtement. Et il y en a d’autres où il faut se jeter à l’eau, sans garantie du résultat.

Le vrai talent est de savoir discerner entre les deux !

——-

(1) Interview par Christophe Labarde, revue Hommes Et Commerce #353 Février-Mars 2013

(2) Complexité des mondes et reliance entre les hommes – Les chantiers du DRH de demain. Par Régis Ribette, Professeur honoraire du Conservatoire National des Arts et Métiers.

Executive Art, qui fait de l’art son axe structurant, développe une offre de formations autour de propositions artistiques. En 2014 nous proposons un cycle d’ateliers autour du thème du leadership et autour de l’équilibre dynamique. Suivez notre actualité sur http://www.executiveart.fr

sens passerelle rouge_1

J’entraîne les passerelles, j’entraîne le sens, 40*60cm, collage Maud LC

Comment maintenir et améliorer l’état de santé et de la qualité de vie au travail ? Comment créer les conditions favorables à la responsabilisation des salariés sur leur propre santé ?

La santé et le bien-être au travail sont au cœur des préoccupations. Dans un contexte socio-économique poussant à toujours plus de productivité, 70 % des actifs estiment que leur situation s’est dégradée au travail, notamment en ce qui concerne le niveau de stress (52 %), et la charge de travail (49 %).

Pourtant, les Français considèrent à 60 % que s’occuper de leur bien-être serait «important », 24 % considérant même cela comme « primordial ».

Les entreprises, de leur côté, tentent de limiter leurs frais de santé en rendant leurs salariés plus actifs. Diverses initiatives méritent l’attention. Dans son article « Sitting is the smoking of our generation » publié dans la Harvard Business Review, Nilofer Merchant souligne avec beaucoup d’humour que nous passons plus de temps assis qu’à toute autre activité, et que cette sédentarité serait la source d’un grand nombre de déséquilibres de notre santé.  Le manque d’activité physique aurait ainsi un impact de 6% sur les maladies cardio-vasculaires, de 7% sur les diabètes de type 2 et de 10% sur le cancer du sein. Pourquoi ne pas remplacer les réunions autour d’un café par des réunions mobiles dans un parc (walking meetings), propose Nilofer Merchant avec humour ? Excellent pour le cerveau, pour le corps, et pour la relation aux autres. D’autres initiatives faisant appel à une mobilité d’un autre genre ne nous ont pas échappé, comme celle rapportée par Guillaume Parodi dans un article paru dans l’Atelier. Des entreprises ont recours à des incentives contre résultats si objectifs atteints : utilisant l’applications web et mobile Perk Health, les salariés peuvent auto-gérer leur activité sportive. Ces rémunérations incitatives coûteraient aux entreprises moins que l’oisiveté de leurs salariés : moins d’absentéisme et plus d’efficacité au travail. Mais bon, faut-il « merchandiser » toutes les activités humaines, y compris celles qui sont ludiques ?

Fidèle à son approche centrée sur l’humain, Executive Art propose le prisme de l’art pour donner du sens au changement. Arrêtons-nous un instant sur le travail de  Maud LC, artiste plasticienne qui développe des processus créatifs structurés autour de 3 axes : vibration, résonance, transformation. Prenant conscience de ses propres contradictions, elle s’interroge sur la manière de retrouver un équilibre qui prenne en compte tout son écosystème.

Maud LC animera l’atelier Executive Art : « Conscient de soi, soucieux des autres » le 19 mars pour des Responsables RH de l’ANDRH93.

Objectif : sensibiliser, inspirer et accompagner les dirigeants/salariés à adopter des habitudes de vie saines en matière de gestion du temps, d’alimentation et d’exercice physique.

Format : 2 modules d’une demi-journée chacun, par groupes de 8 participants.

Originalité du format : l’exploration des perceptions et des représentations est réalisée via un protocole artistique innovant.

Moyens : protocoles de mises en situation reliant processus créatifs et intelligence collective.

Bénéfice attendu : prise de conscience du rôle clé de l’équilibre et de l’écosystème, socles d’un changement.

Je suis sens, 40*60cm, collage Maud LC

Je suis sens, 40*60cm, collage Maud LC